Sida:Berzelius Bref 9.djvu/208

Från Wikisource, det fria biblioteket.
Hoppa till navigering Hoppa till sök
Den här sidan har korrekturlästs

204

médicales, était venu habiter Stockholm. Dès 1804, la correspondance entre les deux savants est en pleine activité, bien qu'on n'ait pas retrouvé les lettres de Berzelius datant de cette période. Ils eurent ultérieurement l'occasion de faire plus ample connaissance pendant les années 1809—1810, lorsque Gahn fut appelé à Stockholm par son mandat de député. L'amitié qui les unissait devint encore plus étroite au cours des années 1813—1816, pendant lesquelles Berzelius passa régulièrement les grandes vacances chez Gahn à Falun. Celui-ci avait installé chez lui un laboratoire, le plus complet et le mieux organisé qui existât en Suède à cette époque et Berzelius y entreprit l'étude de minéraux rares si richement représentés dans la région de Falun. De nombreuses recherches furent ici ébauchées par les deux amis, que Berzelius termina à son retour à Stockholm. En même temps Berzelius apprit de Gahn l'usage du chalumeau, dont ce dernier se servait avec une remarquable habileté. Les résultats de cet enseignement sont consignés par Berzelius dans son manuel sur l'usage du chalumeau qui eut de nombreuses éditions et fut traduit en plusieurs langues. Pendant l'hiver 1817—1818, Gahn se trouvait à Stockholm et travaillait dans le laboratoire de Berzelius, dont le nom commençait alors à être universellement connu. Cette fructueuse collaboration fut interrompue par la mort subite de Gahn en décembre 1818.

La nouvelle de sa mort fit sur Berzelius une profonde impression. On peut en juger par les lignes suivantes qu'il écrivait à un ami: Ce brave vieux Gahn n'est plus: son âme peu commune nous a quittés beaucoup trop tôt, malgré ses 73 ans. Il était le seul de mes amis scientifiques avec qui je sentisse une sympathique émulation toujours en éveil, le seul avec lequel me fût possible une conversation spéculative, un des rares enfin capables de comprendre sans de longues réflexions une idée nouvelle pour son esprit. Sa perte m'est extrêmement sensible.

De nombreux témoignages contemporains confirment les remarquables qualités scientifiques de Gahn; son nom avait